25 janvier 2018
Comments: 0

Restrictions pour Airbnb, un coup de boost pour la location meublée ?

Les 18e, 17e et 10e arrondissements représentent 35% des locations Airbnb à Paris.

 

 

Pour retrouver toute l’actualité de Lockimmo rejoignez-nous sur notre page Facebook juste ici

→   https://www.facebook.com/lockimmo/

 

Plusieurs mesures ont été prises pour tenter de mieux encadrer la plateforme communautaire de voyage californienne Airbnb, et tout particulièrement dans la capitale.

Le nombre de jours de location a été limité à 120 maximum (pour Paris) avec l’obligation de s’enregistrer auprès des services de mairie.

Le but : un renforcement du  contrôle du nombre de logements loués.

Ces différentes mesures profitent visiblement à la location meublée qui voit ses chiffres repartir à la hausse depuis fin 2017.

 

Vers une inversion de la tendance ?

Un certain nombre de propriétaires bailleurs qui étaient adeptes de la plateforme Airbnb en location dite touristique font marche arrière et proposent à nouveau leurs logements en location meublée traditionnelle, le renforcement drastique du contrôle que subit Airbnb n’y étant probablement pas pour rien.

 

Rappel : 50.000 euros d’amende sont prévus en cas de location illégale.

 

La possible création d’un bail mobilité (d’une durée d’un à dix mois, non renouvelable, applicable à la location d’un logement meublé, sans obligation de versement d’un dépôt de garantie et assorti d’un forfait de charges récupérables sans justificatifs)  et l’annulation de l’encadrement des loyers à Paris devrait sans doute continuer de profiter à la location meublée.

 

A noter :  Le bail mobilité couvrira toutes les situations où le locataire aura besoin d’un logement temporaire et non d’une résidence principale.

 

De nouvelles restrictions à venir pour Airbnb ?

Dès le 1er février,  Lyon s’inscrira dans la lignée des villes de Paris, Nice et Bordeaux en se pliant à l’obligation d’enregistrement si une activité de location est proposée par son bailleur via des plateformes telles que Homelidays, Airbnb et Abritel.

D’autres vont plus loin pour tenter de limiter le nombre de locations touristiques. C’est notamment le cas d’Amsterdam qui souhaite restreindre à 30 jours le nombre de nuitées par an d’ici 2019.

 

Le saviez-vous ? : Depuis le 1er janvier 2018 les plateformes de mise en relation des locations meublées doivent indiquer dans leurs offres si l’annonceur est professionnel ou non.

 

Airbnb contre-attaque et tente de simplifier au maximum les procédures de paiement. Il est ainsi possible de répartir la note entre les différents voyageurs. Tout récemment, la plateforme propose même à ses clients le paiement en plusieurs fois. De cette manière vous réglez une partie du montant directement au moment de la réservation, puis l’autre avant le début du séjour.

Une nouvelle option qui semble être appréciée puisque lors de sa phase d’essai, 40% des clients ont eu recours à ce paiement en plusieurs fois.

 

Le match location touristique VS location meublée ne semble donc pas terminé…

 

Pour retrouver toute l’actualité de Lockimmo rejoignez-nous sur notre page Facebook juste ici

→   https://www.facebook.com/lockimmo/

 

 

Comments are closed.