Loi PINEL ou Locatif ancien avec travaux et déficit foncier. Quel est le plus rentable ?

Pour un investissement immobilier locatif réussi, vous devez obtenir les éléments les plus importants qui caractérisent la politique d’achat de votre bien. Posez-vous les bonnes questions ! Souhaitez-vous recevoir un revenu supplémentaire? Revendre votre appartement après quelques années pour réaliser une valeur ajoutée ? Ou au contraire vous constituez un patrimoine immobilier à transmettre à vos enfants ? Ces questions sont essentielles pour savoir comment aborder votre investissement.

 

Quel logement choisir ?

 

Pour le choix du type d’appartement, faites le point sur l’implication que vous souhaitez mettre dans la gestion de la location. Les petites zones comme les studios, très demandées, trouveront facilement preneur pour un prix d’acquisition abordable. Le taux de roulement des locataires sera cependant plus élevé car ils sont souvent loués par des étudiants ou des célibataires. En revanche, les supermarchés seront plus chers à l’achat mais seront loués à des familles qui déménageront moins fréquemment.

 

De nouveaux avantages pour l’investissement locatif qui les rendent rentable

 

Pour que votre investissement immobilier locatif soit rentable, il vous faudra trouver rapidement un locataire. Lors de vos recherches, il est donc important de cibler des appartements qui séduiront les locataires potentiels. Recherchez donc idéalement des propriétés situées dans un quartier à forte demande locative, proche des transports et des commerces.

Pensez également au confort en choisissant une bonne qualité, en respectant les normes et réglementations en vigueur. Les nouveaux programmes immobiliers répondent à tous ces critères, et vous permettent de proposer votre logement à la location immédiatement après l’achat, avec des frais réduits pour vous et votre locataire, puisqu’il ne sera pas nécessaire d’effectuer des travaux.

Financer votre investissement locatif

 

L’achat d’un bien immobilier pour un investissement locatif peut donner droit à des dispositifs de défiscalisation comme la loi Pinel. Cela vous permet de bénéficier, sous conditions, d’une réduction d’impôt jusqu’à 63 000 €, proportionnelle à la durée de location de votre logement. Pour un bien neuf, vous pouvez également bénéficier de frais de notaire réduits (2 à 3% contre 7 à 8% dans l’ancien) et de l’exonération de la part communale de la taxe foncière pendant deux ans dans la plupart des communes.

 

Faites votre achat immobilier

 

Avez-vous trouvé votre logement idéal ? Il est temps de commencer ! Prenez en compte chaque étape pour une meilleure rentabilité.  Une fois propriétaire, vous n’aurez plus qu’à rechercher votre locataire ou passer par un organisme de gestion locative qui fera toutes les démarches pour vous. Dès que vous trouvez votre locataire, vous pouvez percevoir vos premiers revenus locatifs et bénéficier, si vous êtes éligible, de votre réduction d’impôt.

Investir dans l’immobilier locatif vous permet de bénéficier d’une défiscalisation et de payer moins d’impôts. La loi Pinel (remplaçant l’ancienne loi Duflot), s’appliquant aux logements neufs ou en futur état de réalisation, permet d’optimiser sa fiscalité mais il est également possible de bénéficier d’avantages fiscaux dans l’investissement locatif de biens immobiliers anciens.

 

Conclusion

 

En somme, les biens anciens peuvent également bénéficier d’un régime de défiscalisation : la loi Malraux. Il s’agit d’un programme visant à promouvoir la rénovation de biens immobiliers locatifs délabrés. Les propriétaires de maisons anciennes rénovant leur bien pour le louer ultérieurement bénéficient d’une réduction d’impôt pouvant aller jusqu’à 30% du montant des travaux.

L’application de la loi Pinel dépend de la situation géographique du bien. En effet, le logement doit être situé dans l’un des domaines de la loi (communes où la demande locative est très forte). La propriété doit être louée comme résidence principale pour une période minimale de 6 ans suivant l’acquisition. Les loyers doivent respecter un plafond fixé par la loi entre 8,69 euros et 16,83 euros le mètre carré.