Tout savoir sur les charges de copropriété

Tout savoir sur les charges de copropriété

Propriétaire bailleur, vous payez les charges de copropriété mais savez-vous tout sur ces charges communes ? Il existe deux catégories de charges : les charges générales et les charges spéciales. Que représentent les charges de copropriété dans le budget d’un propriétaire ? Combien de temps louer un logement en location saisonnière pour amortir ses charges de copropriété ? On vous dit tout. 

Quelques principes des charges de copropriété 

Les charges générales de copropriété concernent : 

  • les frais d’administration : honoraires de gestion du syndic de copropriété, frais bancaires, frais de tenue d’assemblée générale de copropriété, etc. 
  • la conservation de l’immeuble : travaux de ravalement et de toiture, travaux de colonnes d’eau, etc. 
  • l’entretien des parties communes : salaire d’un employé d’immeuble ou facture de nettoyage des parties communes et de sortie des ordures ménagères. 

Chaque copropriétaire participe en fonction de sa quote-part de parties communes. Cela est définie à l’aide des tantièmes attribués à chaque lot de la copropriété. 

Les charges spéciales de copropriété concernent  : 

  • les services collectifs comme le gardiennage ou la sécurité, 
  • les équipements communs comme les charges d’ascenseur ou l’entretien d’une chaudière collective. 


Ces charges spéciales sont payées en fonction de l’utilité objective des services. 

Les charges de copropriété font l’objet d’un vote annuel en assemblée générale de copropriété (AG). Les copropriétaires votent le budget prévisionnel de l’année en cours et de l’année suivante ainsi que le budget réalisé au cours de l’année précédente. Ensuite, le syndic de copropriété procède à des appels de charges trimestriels pour les charges courantes, voire à des appels de charges exceptionnels pour les travaux. Les appels sont également définis et votés en AG. 

Un copropriétaire peut contester le vote d’une assemblée générale, comme il peut contester la répartition des charges. S’il estime que sa quote-part est supérieure de plus de 25 % ou que celle d’un autre copropriétaire est inférieure de plus de 25 % à la réalité, il peut saisir le tribunal. 

En cas de vente d’un lot en copropriété, la répartition des charges entre l’acheteur et le vendeur est spécifiée dans l’acte de vente authentique. 

Que représentent les charges de copropriété dans le budget des Français ? 

D’après un sondage Elabe pour le Crédit Foncier, les Français estiment que 12 % de leurs revenus sont consacrés au paiement des charges de copropriété sur un an.

 

Selon les estimations de l’Agence nationale pour l’information sur le logement, le revenu mensuel des copropriétaires serait de 3 223 euros en moyenne (Paris ou province), soit 38 676 euros par an, toujours en moyenne. Les charges de copropriété seraient donc d’environ 4641 euros par an soit 387 euros par mois, pour toutes surfaces confondues, selon les estimations des personnes interrogées.

 

Sans surprise c’est le chauffage collectif qui arrive en pole position des plus grosses dépenses en copropriété (13 euros par m² habitable et par an ), suivi par le gardiennage et le ménage (9 euros par m² /an ) puis, pour finir ce trio de tête : l’entretien courant de la copropriété (7 euros par m²/an). A la quatrième place nous retrouvons les honoraires de gestion (5 euros par m²/an), l’eau froide (4 euros par m²/an), l’assurance (2.9 euros par m²/an ), l’ascenseur (2.8 euros par m²/an ), et pour finir : le parking (0.7 euros par m²/an ). 

 

Le sondage réalisé pour le Crédit Foncier se termine sur les estimations qui suivent : 71% des copropriétaires sont satisfaits de leur copropriété et mettent en avant le partage des charges et la mutualisation du coût des travaux qu’ils apprécient tout particulièrement. 

Et si vous décidiez de louer pour payer vos charges de copropriété ? 

La location saisonnière fait de plus en plus d’adeptes. Que vous soyez un professionnel de la location saisonnière ou un particulier qui loue son appartement pour arrondir ses fins de mois, la location devient un complément de revenus appréciable, notamment pour payer les charges de copropriété. Dès lors, il est intéressant de savoir combien de jours vous devez louer un logement pour rembourser vos charges annuelles. A noter que nous allons nous focaliser sur l’activité de location saisonnière d’un particulier.

Location saisonnière : combien de jours faut-il louer pour rembourser ses charges de copropriété ? 

Meilleursagents a mené l’enquête pour savoir combien de jours un particulier doit proposer son logement à la location pour pouvoir rembourser entièrement ses charges annuelles de copropriété. Le site a analysé 45.000 annonces de locations saisonnières au peigne fin et a calculé pour un bien de référence de 40 m², un prix par nuit moyen, le prix d’achat approximatif et les charges de copropriété annuelles pour des villes différentes.

Ce sont trois villes françaises connues pour leurs prix très élevés (Lyon, Bordeaux et Paris) qui ont été choisies.

 

Les résultats varient, même s’ils sont globalement très courts. En effet, pour les villes de Bordeaux et de Lyon, un particulier devra louer son logement une dizaine de jours pour être en mesure de rembourser ses charges annuelles, tous quartiers confondus. Pour être plus précis,  il faut entre 11 et 16 jours de location à Bordeaux et entre 10 et 18 jours à Lyon pour permettre au loueur particulier de rembourser ses charges annuelles.

 

Lorsqu’il s’agit de la capitale, le particulier devra louer pendant une période de 12 à 27 jours pour rembourser ses charges. Les 12 jours, soit le délai le plus court, correspondent à une location située sur des quartiers très prisés comme les Champs-Elysées ou Montmartre (avec un prix de 133 euros par nuit en moyenne). Le délai de 27 jours correspond lui à une location à Belleville où le prix de la nuitée est fixé en moyenne à 60 euros.

Partager le post :

S'inscrire à notre newsletter

Découvrir plus :

Les charges d'ascenseur de copropriété
En copropriété, les charges communes sont réparties entre tous les copropriétaires. Cette mutualisation est parfois liée à...
Syndic bénévole
La présence d’un syndic est obligatoire dans toute copropriété. Il en existe deux sortes : le syndic...
L'encadrement des loyers
Mis en place à Paris et Lille, annulé en 2017 par les tribunaux, le dispositif d’encadrement des...
Les changements engendrés par la loi ELAN 
La loi ELAN portant Évolution du logement, de l’aménagement et du numérique du 23 novembre 2018 a...

Discutons de votre projet

Discutons de votre projet

Parlez nous de votre demande, nous vous répondrons dans les meilleurs délais

Prendre un rdv avec l’un de nos commerciaux

Vous souhaitez discuter de votre projet avec l’un de nos commerciaux ? Prenez rendez-vous directement en ligne avec l’un d’entre eux !